Présentation

L’Agrapheuse : Arts GRAPHiques à Emprunter pour un Usage Sans Exclusivité

L’Agrapheuse est un outil de diffusion d’œuvres d’art graphiques, par la location, autogéré par les artistes, sur le territoire de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Motifs / le constat d’une réalité

1 / Manque de visibilité
Trouver des lieux organisant des expos n’est pas le principal problème, car bon nombre de bars, restaurants, coiffeurs, ou autres lieux non dédiés à l’art acceptent de prêter leurs murs aux artistes.
Mais on peut se poser la question de la qualité de ces espaces, d’un point de vue pratique, quand il s’agit d’un restaurant par exemple où l’œuvre n’est pas correctement mise en valeur, ou difficilement accessible pour le public.
Pour ce qui est des lieux officiels (galeries, institutions publiques ou privées) il est difficile pour les artistes qui démarrent d’y prendre place, et le problème de la demande plus élevée que l’offre se pose aussi.
2 / Le problème de l’accessibilité du public
Rencontrer le travail d’un artiste, c’est avoir le temps de l’observer.
Le temps passé à regarder une œuvre dans une exposition est variable, mais la configuration du lieu ou l’affluence constituent une contrainte pour le public et de fait, ce temps d’observation peut devenir très court.
Ces lieux d’expositions ne sont pas forcément accessibles facilement, si l’on prend en compte la mobilité réduite de certaines personnes, leur situation géographique, ou tout simplement leur emploi du temps.
3 / Le prix des œuvres
Celui-ci peut être rédhibitoire, et pouvoir profiter d’une œuvre sur du long terme en l’achetant est impossible pour des personnes ayant peu de moyens financiers.
4 / La rémunération des artistes
La précarité de bon nombre d’artistes, qui n’est plus à démontrer, vient notamment du fait qu’ils travaillent souvent gratuitement, ou sont rémunérés au rabais.
Quand ils participent à une exposition, celle-ci n’est pas systématiquement rémunérée alors qu’elle fait partie de leur travail.
Diffuser son travail revient trop souvent à perdre de l’argent.
5 / Professionnalisation des artistes
Les artistes qui démarrent leur activité sont souvent perdus devant les démarches administratives et ignorent la bonne manière de réaliser un contrat, notamment, en ce qui nous concerne, de cession de droit d’auteur. Ils méconnaissent tout simplement leurs droits.

Objectifs généraux

Permettre au public d’accéder plus facilement à l’art :
- En favorisant la rencontre « du producteur au consommateur »
- En adoptant une politique de prix abordable.
- En encourageant la circulation d’œuvres originales.
Aider les artistes à vivre de leur travail :
- En donnant l’opportunité aux artistes de diffuser autrement leur travail.
- En offrant la possibilité aux artistes de déterminer leurs prix et en étant rémunérés dans le respect du droit d’auteur.
- Par la création d’un réseau solidaire d’artistes, qui s’entraident et se forment au métier.
Travailler à une échelle locale :
- En enrichissant des réseaux existants et en en créant de nouveaux.
- En promouvant un courant graphique actuel, et le travail d’artistes trop peu visibles sur la CUB.